Posted in Articles

Communiqué LUBRIZOL

Communiqué LUBRIZOL Posted on octobre 9, 2019Leave a comment

La semaine dernière, Rouen a été touché par une catastrophe industrielle. Le professionnalisme et l’engagement de centaines de Fonctionnaires publics territoriaux, sapeurs-pompiers et agents du SDIS, ont permis d’éteindre un feu exceptionnel.
Ce feu a eu une incidence importante sur l’agglomération rouennaise et au-delà.
Le manque d’information fiable inquiète la population, notamment car les produits de la combustion d’hydrocarbures sont des substances cancérigènes.
Les sapeurs-pompiers, du fait de leur mission, ont été en première ligne face à ces polluants. Cela les a fortement inquiétés, ce qui est légitime.
Un CHSCT exceptionnel a eu lieu, suite à notre demande. Il a été confirmé qu’un bilan sanguin des 800 intervenants est prescrit avec un suivi médical, ainsi que le renseignement des fiches individuelles d’exposition. De plus, nous avons demandé une expertise extérieure et nous continuons à œuvrer sur de nombreux points.
Nous connaissons la dangerosité du métier, mais personne ne souhaite mourir au travail, ni y développer une maladie. Malgré tout, les sapeurs-pompiers professionnels, attachés au service public, n’hésitent pas à affronter les situations dangereuses pour apporter des secours, comme cela a été le cas lors de cet évènement. Il est dommage que la reconnaissance du risque du métier soit de devoir payer une prime d’assurance supplémentaire lors de la signature d’un crédit à titre personnel !
De plus, cette dangerosité expose les pompiers, l’exemple de ce sinistre en
est une parfaite illustration. La prise en compte de la santé et de la sécurité au travail n’est que tout récente dans le domaine de la sécurité civile, alors que tout le monde sait que les fumées d’incendie sont toxiques. De nombreux travaux doivent aboutir pour d’abord protéger tous les pompiers de France, mais aussi pour la reconnaissance des maladies professionnelles qui touchent les pompiers.
Pour bien comprendre le déroulé de cette intervention, remarquable, et
qu’elle serve d’exemple pour tous les services d’incendie, mais aussi afin d’en dégager les axes positifs et de pouvoir en corriger les imperfections, nous demandons que le Retex (retour d’expérience), qui est habituellement réalisé, soit d’ampleur et recueille les commentaires de chacun des intervenants sur la mobilisation des agents, à la fois sur le sinistre, en soutient, en renfort, pour les relèves, mais aussi pour assurer la continuité des secours en Seine-Maritime, avec entre-autres des personnels de repos. Sans ces derniers, nous n’aurions peut-être pas pu faire face, car notre département n’a pas suffisamment de Sapeurs-Pompiers Professionnels.
Au quotidien, y compris hors événements particulier, il y a régulièrement des carences dans la couverture opérationnelle par manque de ressources humaines.
Notre département qui fait partie de ceux qui cumulent le plus de risques, est, pour sa catégorie, l’un des moins financé, si l’on compare le coût par habitant.
Des moyens financiers supplémentaires sont donc nécessaires pour des
emplois publics de Sapeurs-Pompiers Professionnels. Et l’état doit également apporter des réponses à la population et aux préoccupations que les SPP Français expriment depuis plusieurs mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *